Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Les modifications climatiques, une banalité ?

y1pLd6RmWN_BEGNzcCmtuEg9xcLm9tqX9cAFChkZ343zJh0KWA_apo8oX7v.jpg

 

Traduction de l'anglais par Hélios. 

UNE MODIFICATION EXPERIMENTALE DU TEMPS ARRIVE CHEZ VOUS, BIENTOT

 

Par Rosalind Peterson, 2 novembre 2007

 

 

Préparez-vous à davantage de pénurie d'eau, d'inondations, de sécheresses et à un net déclin des réserves de nourriture aux USA quand seront votées les lois 1807 par le Sénat américain et 3445 par la Maison Blanche, lois présentées le 17 juillet 2007.

Ces lois identiques qui s'intitulent « recherche pour la régulation climatique et Acte de 2007 autorisant une politique de développement » se propagent rapidement dans les comités de Commerce, de Science et des Transports. Veuillez noter que ces lois n'ont pas été soumises aux comités d'agriculture, aux Ressources Naturelles, l'agence de protection de l'environnement ou à l'Office des Forêts et que vous n'avez pas été conviés à débattre des mérites de ces lois par vos représentants élus.

 

«L'objet de cet Acte est de développer et de mettre en oeuvre une politique globale et coordonnée de régulation du climat et de faire une recherche au plan national pour une régulation des conditions météorologiques »

Le conseil d'administration sera composé de onze membres et il n'y aura qu'un seul représentant du ministère de l'Agriculture. Aucun membre du public n'est nommé à ce Conseil, il n'y a pas de représentants des EPA (?), ni des Ressources Naturelles ou de l'Office des Forêts et aucune disposition de surveillance des programmes par le Comté, l'état, le public ou l'agriculture, avant la mise en œuvre.

 

194271_LQV65WWRL6NDSWPK7RZAKPHANEZDJL_hurricane_katrina03_H.jpgL'expérience de modification du temps (ou « la régulation », ce qui n'est pas défini dans ces lois) peut affecter chacun d'entre nous en réduisant l'approvisionnement en eau et en changeant les cycles de production des cultures (micro-climats), tout en diminuant la production agricole et la disponibilité en eau. Comme la plupart des programmes expérimentaux pour modifier le temps utilisent des produits chimiques relâchés dans l'atmosphère, le public pourrait être exposé de plus en plus à des substances toxiques ou inconnues, qui pourraient avoir des effets négatifs sur l'agriculture, l'approvisionnement en eau potable, les cultures et les arbres.

Si le temps est changé en un endroit, il est possible qu'il y ait de graves conséquences néfastes dans une autre région, comté ou état. Et qui va décider du type d'expérimentation d'un changement de temps, qui va en bénéficier et qui va en subir les conséquences négatives ?


Et qui « volera » la pluie ou la neige d'un état ou d'une région qui devrait normalement servir à un autre état ou région par l'usage de ces modifications des régimes météorologiques, comme c'est le cas actuellement des programmes de modification du temps ?

 

De nombreux programmes de modification du climat en cours et en préparation changent déjà le climat dans de nombreuses régions des USA. Comme la plupart des américains n'ont pas été mis au courant de ces programmes, il est facile d'attribuer les perturbations climatiques graves aux « théories de réchauffement planétaire » ou au « changement climatique ». Ces évènements sont à l'origine d'une impulsion irrésistible de « réguler » les problèmes météorologiques actuels par des expériences croissantes de modification du temps, au lieu d'examiner les changements des micro-climats locaux, qui sont dûs aux programmes actuels et en cours. Il serait plus facile de stopper ces programmes expérimentaux que d'ajouter de nouveaux programmes sans une claire compréhension des effets réels et futurs qui travaillent en synergie.

 

 

La loi du Sénat 1807 ne traite pas ces questions, mais a l'intention de mettre en oeuvre plus de programmes d'expérimentation de modification du climat sans débat national ou supervision publique.

Terry Krauss, chef de projet pour la compagnie « Modification du Temps pour la base du Dakota du Nord », possède une flotte importante d'avions et dirige les projets d'ensemencement de nuages dans plus de 12 pays à travers le monde.

De nombreuses compagnies privées, universités et agences gouvernementales modifient le climat aux USA et dans d'autres pays. Ces programmes pourraient clairement affecter de manière négative le temps aux USA et aggraver le changement climatique mondial.

 

Le magazine « Popular Science » de décembre 2005 a débattu de la manière d'utiliser une nappe de pétrole pour photo_1277890590252-2-0.jpgstopper un ouragan, sans remarquer l'impact néfaste du pétrole sur l'océan. « Popular Science » a également fait observer qu'une compagnie privée du nom de Dyn-O-Mat a démarré ses premiers essais. En juillet 2001, les ingénieurs de Dyn-O-Mat ont déversé 8000 livres de leur gel (capable d'absorber 4000 tonnes d'eau) au-dessus d'un petit orage près de la côte de Floride. En quelques minutes, la tempête a disparu du radar météorologique !! Quand ce poison secret pénètre dans l'océan ou au-dessus des terres, quels sont ses effets sur l'environnement ?

Qui étudie l'impact sur la vie marine, les cultures, les sols, les réserves d'eau quand ces produits chimiques se mélangent à la pluie sur le sol ?

 

Selon Popular Science, le fondateur et directeur général de Dyn-O-Mat a déjà prévu de louer un superpétrolier 747 aménagé pour mener ses essais sur les ouragans. En attendant, il a réuni une équipe gagnante de scientifiques et de laboratoires de l'université de l'état de Floride, le Centre National de Recherche Atmosphérique, la NOOA, et il a par ailleurs commencé à construire des modéles informatiques qui analysent l'effet du gel sur des tempêtes plus importantes. « Nous savons déjà que le gel fonctionne » dit Cordani. Nous avons maintenant besoin de savoir quelle quantité utiliser et où le mettre ». Les ouragans et autres expériences pourraient-ils causer de la sécheresse en Georgie et dans d'autres états en 2007 ?

Le public n'étant pas informé et le Congrès n'ayant aucun pouvoir de surveillance, le public est tenu dans l'ignorance des dates et résultats de ces expériences.

 

L'Alaska et d'autres régions à travers les USA commencent à sentir les impacts du changement climatique. On voit d'énormes changements à plusieurs endroits concernant le déclin sanitaire des plantes indigènes et des plantations d'arbres. Des modifications climatiques sont enregistrées partout. Ces dernières années, des pluies anormales et des sécheresses se sont produites d'une manière spectaculaire et peu de gens se posent des questions au sujet des expériences actuelles et en cours de modification du temps qui peuvent aggraver ces problèmes.

 

La réponse semble être que ces lois seront juste passées pour « réguler » (pas de définition de ce mot dans la loi) les problèmes actuels. Si nous créons ces problèmes par des essais de modification du temps, comment pouvons-nous corriger ce problème en ajoutant d'autes programmes ?

Ne vaudrait-il pas mieux expliquer les conséquences des expériences, le réchauffement atmosphérique, et étudier leurs effets synergiques, leur impact sur les arbres, les micro-climats et l'agriculture avant de décider de mettre en oeuvre d'autres programmes expérimentaux de modification du temps ? Si ces programmes changent la croissance saisonnière, dérèglent la photosynthèse et interrompent le processus de pollinisation, les pertes de récoltes peuvent être considérables, ce qui aggrave l'instabilité économique.

 

Un programme des dommages causés par les intempéries, dirigé par le Bureau des Réclamations, selon ce projet de loi, n'évalue pas les impacts négatifs sur l'agriculture, les ressources en eau, ou les micro-climats dans les comtés ou états voisins des programmes de modification du climat. Leurs modèles sont donc défectueux.

 

 

La loi 1807 du sénat américain, section 4 déclare que « les conclusions de l'enquête et les théories de nature scientifique ou technique » seront transformées en application pratique à but d'expérience et de démonstration, y compris la production expérimentale et l'essai des modèles, appareils, équipements, matériaux et procédés. Cela inclut-il les produits chimiques toxiques ou le chauffage atmosphérique et l'essai d'expériences chimiques ?

 

13044_191339337290_686857290_3082003_4136405_n.jpgLa NASA a écrit dans une newsletter d'octobre 2005 que les condensations persistantes formant des nuages artificiels et de la brume sont dûes « au piégeage de la chaleur dans l'atmosphère et aggrave le réchauffement climatique ». La NASA poursuit en notant que «toute augmentation de la couverture nuageuse mondiale contribuera à long terme à des changements dans le climat de la terre. De même, tout changement du climat terrestre peut avoir des effets sur les ressources naturelles. »

La loi 1807 n'aborde pas cette question ou les questions concernant « l' Obscurcissement planétaire » (Global Dimming) ou ne les prend pas en compte dans aucun modèle. Le projet de loi a ainsi introduit des failles.

 

Les entreprises à modifier le temps, les sociétés privées, les scientifiques et les universités appuient fortement cette loi pour la faire passer, parce qu'ils voient nos impôts aller vers eux pour ces projets jusqu'au moins en 2017, comme prescrit dans la loi. Aucun doute que des amendements seront présentés par des sociétés privées aux représentants élus dans le cadre d'efforts d'appui du Congrès. Le public n'est pas invité à assister ou se faire représenter d'aucune manière.

 

Les priorités de la loi sont le financement, la formation et le soutien des scientifiques, la participation à des efforts internationaux et aussi la recherche et le développement. Notez que la recherche reliée aux effets négatifs potentiels de la régulation du temps fait également partie de cette loi, mais celle-ci ne spécifie pas l'agriculture, les dommages aux micro-climats, les pertes des récoltes, la sécheresse ou la tendance aux inondations ou la toxicité chimique de ces types d'expérimentation artificielle sur le temps.


On utilise froidement nos micro-climats et la production alimentaire (moyens de subsistance de milliers de personnes dans le secteur agricole)comme cobayes, sans aucune notification préalable, ni supervision du public. Et si nos cultures sont endommagées, nos prés desséchés ou inondés, qui est responsable de ces désastres quand ils sont faits par l'homme en vertu d'expériences de régulation du temps ? Le secteur agricole subira des pertes énormes et les prix alimentaires vont monter en flèche en raison de ces pertes, les pénuries alimentaires vont augmenter...alors que nous importons de plus en plus d'aliments contaminés en provenance de pays comme la Chine. Cette loi ne protège pas le public.


Nous avons cependant plus de 66 programmes en cours ou réalisés, pourquoi ne sont-ils pas évalués d'abord en rapport avec les problèmes d'environnement et agricoles bien avant toute expérience nouvelle ? Le projet de loi ne précise pas que des auditions publiques se tiendront avant toute expérience ou que le public sera informé quand ces programmes auront lieu ou ce qu'il en sera des moyens de régulation concernant les conséquences néfastes. De plus, ce projet de loi ne traite pas de compensation en cas de pertes dues à cette expérimentation.

 

Comme le premier rapport sur ce projet de loi n'est pas attendu avant le 31 janvier de la deuxième année civile suivant la date de promulgation de la présente loi, et s'il est adopté, ce plan sera mis en oeuvre au plus tard 180 jours après la date de promulgation de cette loi. Cela signifie un immense intervalle sans contrôle public, surveillance du Congrès, débat et audience publics ou toute autre méthode de contrôle. Et avec un public exclus de toute participation pour la protection de l'eau, de l'agriculture, de la forêt, des ressources naturelles et autres interêts publics venant d'expériences douteuses, les programmes seront mis en oeuvre sans protection adéquate pour ces intérêts.

 

 

Les expériences atmosphériques, le programme HAARP en Alaska, les expériences militaires pour modifier le haarp_alaska.jpgclimat, comme celles menées à la base d'Elgin et ailleurs, ne font pas partie de la liste de ce projet de loi.

En 2004, la chaîne « Science Channel », a fait une interview de J. Gregory Glenn, un chercheur de la base Air Force d'Elgin en Floride (où des spécialistes en armement et en nanoparticules de l'Air Force font des expériences de contrôle du climat) pour un programme spécial de télévision intitulé : « Posséder le climat ?» Les gens subiront ainsi ces expériences sans supervision du congrès ou des pouvoirs publics. Et c'est à vos frais que votre compagnie d'assurance et toutes les autres sociétés privées continueront à « réguler » pour leur propre profit.

 

Nous savons aujourd'hui, et la plupart des entreprises de modification du climat le savent aussi, que la modification du climat fonctionne. Ils ne peuvent pas toujours contrôler les résultats, mais nous savons qu'ils sont en usage et peuvent avoir des conséquences inattendues ou bien qu'ils ont été utilisés à d'autres fins.

Dans le programme diffusé sur la Science Channel en 2004 «Possédér le Climat », voici les déclarations concernant le « Projet Popeye » : 'Malgré l'avoir nié pendant plus de sept ans (jusqu'à l'article de Seymour Hersh dans le New York Times), l'armée américaine a utilisé la modification du climat comme arme au Vietnam et au Laos. A partir de 1966, l'armée de l'air américaine a effectué en secret plus de 2600 ensemencements de nuages. Nom de code : « projet Popeye », opération clandestine en vue de rendre impraticables les routes de transport ennemies grâce à la boue. En raison de l'indignation suscitée par le Projet Popeye, les nations unies adoptèrent le 10 décembre 1976 la résolution 3172, qui bannit explicitement l'usage de modification du climat comme arme de guerre. Tous les autres projets d'ensemencement des nuages d'ouragan ont été classés pendant des années, en raison des résultats catastrophiques de ces expériences et par crainte de poursuites judiciaires.

 

Aujourd'hui, le sénateur Kay Bailey Hutchison (Texas) et le député Mark Udall (Colorado) ont réintroduit des projets de loi similaires. Une fois de plus il est temps d'agir pour protéger nos ressources naturelles, nos sols, notre eau, les micro-climats agricoles et les cultures, des expérimentations climatiques de type inconnu. Ils ont en outre ignorés de traiter les questions soulevées dans la lettre du 13 décembre 2005 envoyées par John H. Marburger (directeur du bureau de la police scientifique et technologique, Washington DC) au sénateur Hutchison qui stipule entre autres qu'« il y a une foule de questions concernant la responsabilité, la politique étrangère et les préoccupations de sécurité nationale...qui ont été soulevées dans le passé et devrait être revues correctement avant que le gouvernement américain s'engage dans ce programme sur le plan législatif. »Elles incluent, mais ne sont pas limitées, au « ministère de la Justice à propos des questions juridiques, au Département d'Etat sur les implications de politique étrangère, au Ministre de la Défense sur les implications de la sécurité nationale ni avec les agences de recherche appropriées pour examiner les raisons pour lesquelles le gouvernenent des USA a mis fin à ces travaux dans ce domaine... »

 

La lettre de M. Marburger continue en donnant une définition des ramifications locales, politiques et légales, les répercussions sur la sécurité nationale, et les questions de Recherche incluant :

  1. 1.  La modification du climat peut promouvoir la pluie dans un secteur au détriment d'un autre.


  2. 2.  Ces questions de loi et de responsabilité dépendantes de la modification du climat (maintenant régulation) et les éventuelles conséquences néfastes sur la vie, la propriété et la disponibilité des ressources en eau suite aux activités de modification artificielle du climat, doivent être prises au sérieux avant que le gouvernement US puisse prendre la responsabilité de ce nouveau programme de recherche.


  3. 3.  Etant donné les modèles du climat mondial, si une nation « possède » son climat de manière à revendiquer un contrôle à l'intérieur de ses frontières avec des conséquences extra-territoriales, ceci est à considérer dans le cadre des conventions internationales actuelles.

     

    Le sénateur Hutchison et le député Udall n'ont abordé aucune de ces questions dans leur texte de loi. On croit donc qu'ils ont tous les deux ignoré les problèmes avancés non seulement par le public, mais également par le Bureau de la Science et de la Technologie.

    Manquent également dans ce projet de loi les références au brevets américains concernant les méthodes de modification du climat par l'utilisation de produits chimiques dans l'atmosphère, la modification et les tests ionosphériques, et la manière dont les satellites peuvent changer le climat.

    La gamme des brevets et des projets de géo-ingénierie pour modifier le climat sont stupéfiants en nombre et en étendue. Et ce projet de loi ne soulève aucune de ces questions ni le problème des innombrables systèmes de géo-ingénierie actuellement en usage ou prévus dans l'avenir pour modifier le climat.

     

Source : http://www.newswithviews.com/Peterson/rosalind8.htm

Partager cette page