Epandage de Sarin et de VX dans le Wiltshire : 1967 !

21 Janvier 2011 , Rédigé par ActuChem Publié dans #Infos

Crop_Duster.jpg

 

Traduction de l'article par Hélios (voir son blog) :


Le Times, 10 octobre 2002

Le Wiltshire arrosé de sarin par des avions américains !

De Chris Ayres à Los Angeles et Michael Evans

 

Des avions du type Cropduster (utilisés pour l'épandage de produits sur les sols) pilotés par le personnel militaire américain et britannique ont pulvérisé des armes chimiques mortelles, dont le Sarin* et le VX**, au-dessus de la campagne du Wiltshire à la fin des années 60. Des informations sur ces tests ont été publiées cette semaine par le Pentagone à partir de documents déclassifiés.

Cela s'est passé sur l'installation hautement secrète de Porton Down, près de Salisbury, malgré une absence quasi-générale d'informations sur les effets sanitaires à long terme d'une exposition, même très faible, à ces agents neurotoxiques mortels. Outre le sarin et le VX, les tests auraient impliqué le Soman*** et le Tabun****. Selon les documents visionnés par le Times, les armes chimiques ont été utilisées sur des prairies et des bois. Le ministère de la Défense a déclaré hier soir qu'aucun des tests n'a été effectué sur des êtres humains ou des animaux. Les seules personnes concernées ont été les militaires et les scientifiques qui ont étudié les effets des tests chimiques et biologiques.

 

Plus de 600 documents existent qui détaillent les expériences des années 1960: ''Les documents parlent d'eux-mêmes," a déclaré un porte-parole du ministère. Le but de la pulvérisation de sarin, de tabun et de gaz VX au-dessus des champs et des bois était de voir ''comment ils seraient affectés par le climat et d'autres conditions atmosphériques". Des essais en mer ont été effectués pour vérifier la manière dont les agents chimiques et biologiques étaient susceptibles d'affecter la marine de guerre.

 

Des centaines de documents ont été publiés par le Public Record Office (Archives) de Kew au sujet des expériences chimiques et biologiques de Porton Down dans les années 50 et 60 où les êtres humains ont été utilisés comme cobayes. Ces essais n'ont toutefois impliqué que de petites quantités de gaz et d'agents dans des conditions de laboratoire. Ceux qui se sont portés «volontaires» dans l'armée ont affirmé ces dernières années qu'on leur avait dit que les expériences portaient sur le rhume. La police du Wiltshire enquête sur le cas de Ronald Maddison, qui mourut en 1953 alors que sa peau avait été exposée au Sarin.

 

Le Pentagone a publié les nouveaux dossiers à la demande du ministère des Anciens Combattants, qui fait pression pour un supplément de soins de santé concernant les quelque 5.000 Américains impliqués dans les essais militaires d'armes chimique et biologiques. On ne sait pas combien de Britanniques ont été impliqués, mais les demandes de prestations de soins de santé supplémentaires pour les militaires américains pourraient inciter des revendications similaires au Royaume-Uni – dans le cas où ils seraient toujours en vie. Les résultats des tests ne sont pas connus. On ne sait pas non plus si les agents mortels ont été utilisés directement sur le personnel militaire. Le ''saupoudrage'' des récoltes n'a pas été la seule méthode utilisée pour "militariser" les agents neurotoxiques. Les dossiers expliquent comment le personnel britannique et l'armée américaine utilisent les munitions et les bombes sous forme de ''pluie''.

 

Les documents déclassifiés reconnaîssent une utilisation beaucoup plus large des armes chimiques et biologiques que celle admise par les gouvernements britannique ou américain. La divulgation ne pouvait pas venir à un pire moment pour Tony Blair et le président Bush, qui soutiennent que le stock irakien de ces agents neurotoxiques justifie un ''changement de régime". Le Président Saddam Hussein a utilisé des armes chimique pendant la guerre Iran-Irak dans les années 80 et même contre ses propres ressortissants kurdes.

 

Le sarin, tristement célèbre pour avoir été utilisé dans le métro de Tokyo par un groupe terroriste en 1995, provoque un écoulement nasal, du larmoiement et des difficultés respiratoires. Il conduit rapidement à des problèmes de vision, de la confusion, un coma, puis la mort. Le VX provoque des vomissements et des accès de violence avant la mort, le tout en 15 minutes environ.

 

Selon les documents, le projet a été commandé par le secrétaire américain de la Défense Robert McNamara, juste après l'investiture du président Kennedy en 1961 et lorsque Harold Macmillan était premier ministre. Les essais n'ont pas eu lieu avant 1967 et 1968, quand Lyndon Johnson était président des États-Unis et Harold Wilson premier ministre. Les tests de Porton Down faisaient partie d'un programme britannique, américain et canadien. Les États-Unis ont abandonné leur programme d'armes biologiques à la fin des années 60.

 

Un rapport publié hier (octobre 2002, NDT) a déclaré que les tests au détecteur de mensonge étaient pour la plupart inexacts et n'avaient pas réussi à dénicher un seul espion, en dépit de près d'un siècle d'utilisation. Ce rapport de l'Academie Nationale des Sciences a exhorté les agences de sécurité américaines à cesser de croire que les détecteurs de mensonges, ou polygraphes, sont « des machines magiques pour lire dans les pensées » et à reconnaître qu'ils produisent rarement des résultats fiables. À l'heure actuelle tous les employés de la CIA et de la National Security Agency sont soumis à un test polygraphique. Le FBI et le ministère de la Défense l'utilisent aussi abondamment.

 

Source: http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/article1169264.ece

 

*sarin : Le sarin est une substance inodore, incolore et volatile, de la famille des organophosphorés, extrêmement toxique pour l'homme et l'animal, même à très faible dose (0,01 ppm peuvent être fatals). On estime qu'il est environ 500 fois plus toxique que le cyanure. Il passe facilement la barrière des poumons et est absorbé par la peau d'où il passe directement dans le sang. Quand il ne tue pas, il laisse de graves séquelles neurologiques. Pour ces raisons, il a été utilisé comme arme chimique, avant d'être considéré comme une arme de destruction massive par les Nations unies (résolution 687). À ce titre, sa production et sa conservation sont interdites depuis 1993. Les États devaient avoir détruit leurs stocks d'armes chimiques avant 2007. Il fait partie des armes et munitions immergées par certains pays. La France, par exemple en a immergé une certaine quantité, noyé dans du béton, au large d'Ouessant[3].(Wikipédia)

 

** VX : Le VX est un gaz neurotoxique inventé dans un centre de recherche britannique en 1952. Il s'agit d'une version plus mortelle du gaz sarin. Les symptômes et le mode d’absorption sont les mêmes que pour le sarin, à savoir l'inhalation ou le contact cutané. Seule différence : il peut se répandre dans l’air et dans l’eau. La dose mortelle est de 10 mg⋅min-1⋅m3 contre 100 pour le sarin. (Wikipédia)

 

*** Soman : Le soman est un gaz neurotoxique organo-phosphoré qui se présente sous la forme d'un liquide incolore avec une odeur de camphre. Il pénètre à travers la peau et les muqueuses. La dose mortelle lors de l'inhalation est d'environ la moitié de celle du sarin. Son nom auprès de l'IUPAC est le méthylfluorophosphonate de pinacolyle (Wikipédia)

 

**** Tabun : Comme le soman et le sarin, le tabun est un gaz neurotoxique dangereux par inhalation ou contact épidermique. Cependant, sa nocivité est beaucoup plus importante. Il se présente sous la forme d'un liquide incolore ou brun selon son degré de pureté. Son nom IUPAC est le N-diméthylaminocyanophosphite d'éthyle.(Wikipédia)

Partager cet article

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog