Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les solutions technologiques risquées à la crise climatique rejetées en bloc !

31 Octobre 2010 , Rédigé par ActuChem Publié dans #Géo-Ingénierie

39576_149117961799762_100001046785614_248789_5043340_n.jpg

 

Moratoire sur la géoingénierie à la rencontre ministérielle des Nations Unies au Japon

 

Communiqué de presse
29 octobre 2010
www.etcgroup.org

NAGOYA, Japon – À la suite d’une décision par consensus sans précédent, la Conférence des 193 parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB) s’apprête à conclure sa dixième rencontre biennale  avec l’adoption d’un moratoire de facto sur les projets et les expériences en géoingénierie. « Toute expérimentation, privée ou publique, ou tout aventurisme visant à manipuler le thermostat planétaire constituera une violation de ce consensus soigneusement élaboré dans le contexte des Nations Unies », a affirmé Silvia Ribeiro, directrice de l’ETC Group pour l’Amérique latine.

L’entente, conclue dans le cadre du segment ministériel de la rencontre de deux semaines, auquel participaient 110 ministres de l’Environnement, demande aux gouvernements de faire en sorte qu’aucune activité de géoingénierie ne soit réalisée tant que les risques que ces interventions présentent pour l’environnement et la biodiversité ainsi que les impacts sociaux, culturels et économiques associés n’auront pas fait l’objet d’un examen adéquat. Le Secrétariat de la CDB a aussi été chargé de faire rapport sur diverses propositions en matière de géoingénierie et sur des mesures potentielles de réglementation intergouvernementale. 

Ce consensus exceptionnellement solide s’appuie sur le moratoire de 2008 sur la fertilisation des océans. Cette entente, négociée dans le cadre de COP 9, à Bonn, avait mis un frein à une litanie d’« expériences » – tant publiques que privées – ratées qui avaient pour but de séquestrer le dioxyde de carbone atmosphérique dans les profondeurs des océans en répandant des nutriments sur la surface des mers. Depuis lors, l’attention des parties s’est portée sur une série de propositions futuristes visant à bloquer un pourcentage du rayonnement solaire par des interventions à grande échelle dans l’atmosphère, la stratosphère et l’espace extra-atmosphérique, interventions qui auraient pour effet de modifier les températures de la planète et la configuration des précipitations.

« Cette décision place clairement la gouvernance de la géoingénierie entre les mains des Nations Unies, comme il se doit, a dit Pat Mooney, directeur général de l’ETC Group. Cette décision constitue une victoire du bon sens et du principe de précaution. Elle n'empêchera pas la recherche scientifique légitime Les décisions en matière de géoingénierie ne peuvent être prises par des petits groupes de scientifiques issus d’un petit groupe de pays qui établissent des « directives voluntaires » servant leurs propres intérêts en matière de piratage climatique. Le peu de crédibilité que ces projets ont pu obtenir dans certains cercles politiques des pays du Nord a été anéantie par la décision. L’UK Royal Society et ses partenaires devraient annuler leur Projet de gouvernance en matière de gestion du rayonnement solaire et respecter le fait que les gouvernements du monde ont décidé collectivement que toute délibération future sur la géoingénierie devrait se dérouler aux Nations Unies, où tous les pays ont un siège autour de la table et où la société civile peut exercer une surveillance et influer sur le cours des choses. »

Les délégués présents à Nagoya ont dorénavant clairement compris la menace potentielle que représente le déploiement – ou même les essais sur le terrain – des technologies de la géoingénierie pour la protection de la biodiversité. La décision a été élaborée par un groupe d’« amis du président » dans le cadre de longues et difficiles séances de discussions qui se sont prolongées tard dans la nuit et auxquelles assistait l’ETC Group. Elle a été adoptée lors de la plénière du Groupe de travail 1, le 27 octobre 2010. Le président des négociations sur le climat et la biodiversité a qualifié le texte final de « compromis très délicat ». Il reste maintenant à le faire adopter lors de la plénière finale, qui aura lieu à 18 h vendredi (heure de Nagoya).

« La décision n’est pas parfaite, a dit Neth Dano de l’ETC Group Philippines. Certaines délégations s’inquiètent à juste titre de ce que la définition intérimaire de la géoingénierie est trop étroite parce qu’elle n’englobe pas les technologies de captage et de stockage du carbone. D’ici la prochaine rencontre des parties à la CDB, il y aura amplement d’occasions de se pencher plus en détail sur ces questions. Mais les solutions technologiques à la crise climatique sont dorénavant fermement inscrites à l’ordre du jour des Nations Unies, ce qui donnera lieu à d’importants débats à l’approche du 20e anniversaire du Sommet de la terre. Un changement de cap est essentiel et, de toute évidence, la géoingénierie n’est pas la direction à prendre. »

 

Source : http://www.etcgroup.org/en/node/5229

Partager cet article

Commenter cet article

evelyne 31/10/2010 16:59



Dimanche 31 Octobre En région Parisienne, bizarrement, nous avons droit à un magnifique ciel d'une beauté extraordinaire, sans aucun chemtrail,des nuages naturels - Profitons-en... 


Nous avons été assez arrosés par leurs cochonneries cette semaine ! Ce fut une apothéose!!!!



Zob 31/10/2010 14:00



Ouaip bah Nagoya ou pas, il y'a toujours autant de saloperies dans le ciel en ce weekend de Toussaint...