Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Géoingénierie de la planète : quel enjeu pour l’Afrique ?

7 Février 2011 , Rédigé par ActuChem Publié dans #Géo-Ingénierie

Image-3.png
Diana Bronson


 http://pambazuka.org/en/category/features/67522
© beehive collective.org


La géoingénierie joue un rôle de plus en plus important dans l’approche adoptée par le Nord pour contrer le changement climatique, écrit Diana Bronson. Ses partisans se montrent dédaigneux des conséquences sociales et environnementales potentielles pour les populations autour du monde.


Alors que la géoingénierie – la modification intentionnelle à grande échelle des systèmes terrestres, y compris les systèmes climatiques – peut sembler relever de la science-fiction, c’est en fait un sujet brûlant d’actualité au sein des cercles politiques travaillant sur le changement climatique dans les pays industrialisés. Les impacts de cette orientation politique émergente sur l’Afrique – et ceux des technologies associées, si jamais elles étaient
déployées – sont quant à eux moins fréquemment abordés. Avec la publication du rapport de la Royal Society du Royaume-Uni l’année dernière[1], les réunions organisées par la National Academy of Sciences, les auditions au Parlement britannique et au Congrès américain [2], les millions de dollars débloqués pour la recherche par certains milliardaires bien connus (comme Bill Gates, fondateur de Microsoft, et Richard Branson de Virgin Airlines[3]) et le lancement de nouveaux programmes, il est temps que les acteurs de la société civile et les gouvernements du reste du monde prêtent attention. En fait, un débat international transparent et démocratique sur ces stratégies et ces technologies aurait déjà dû avoir lieu depuis longtemps.


Le changement climatique, comme le montrent avec évidence les dommages non intentionnels déjà infligés à notre planète surchargée, ne respectera pas les frontières nationales. Les géoingénieurs (scientifiques, entrepreneurs et militants politiques) proposent d’étudier, évaluer et finalement utiliser un certain nombre de technologies.

 

Celles-ci se classent en trois grandes catégories :

 

1 – La première série de stratégies de géoingénierie est connue sous le nom de « gestion de la radiation solaire » (solar radiation management ou SRM). Ces propositions visent à réduire la quantité de lumière solaire atteignant la planète en faisant en sorte qu’elle soit davantage réfléchie et renvoyée dans l’espace, et de réduire d’autant le réchauffement atmosphérique. Cette stratégie est également décrite comme l’augmentation de l’albédo terrestre. Les propositions avancées dans ce domaine incluent le lancement dans la stratosphère de quantités massives de dioxyde de soufre, ou d’aérosols d’aluminium, ou de nanoparticules manufacturées, le blanchissement des nuages par l’aspersion d’eau de mer, la couverture des déserts par du plastique, l’application de peinture blanche sur les sommets des montagne ou la création d’une couche de bulles faisant écume à la surface de l’océan.


2 – Une deuxième série de technologies regroupe les efforts visant à aspirer des mégatonnes de gaz à effets de serre hors de l’atmosphère et à les piéger soit biologiquement, soit mécaniquement. Parmi les stratégies proposées, celle de rejeter du fer ou de l’urée dans la mer afin de « fertiliser » des zones pauvres en nutriments et stimuler ainsi la croissance de phytoplanctons qui, théoriquement, séquestreront le CO2 de l’atmosphère dans la mer. À ce jour, cela n’a jamais fonctionné. On trouve également dans ce groupe des projets visant à changer la chimie des océans afin d’augmenter l’absorption du CO2 (connus sous le nom de météorisation améliorée, enhanced weathering), des arbres artificiels ou des machines aspiratrices de carbone, et l’appropriation puis le brûlage de résidus végétaux (forêts et cultures) en un charbon (appelé biochar ou biocharbon) qui serait par la suite enterré pour en séquestrer le carbone.


3 – Une troisième série de propositions de géoingénierie ne porte pas directement sur le contrôle du climat, mais essaye plutôt d’agir au niveau des phénomènes météorologiques – en intervenant pour réduire ou rediriger les ouragans, ou pour « ensemencer » les nuages afin de catalyser des chutes de pluies dans les régions sèches. De telles technologies sont déjà fréquemment utilisées (150 exemples dans 40 pays selon un rapport [5]), souvent en lien avec des objectifs et institutions militaires, l’exemple le plus connu étant leur utilisation par les États-Unis pour entraver les mouvements des troupes ennemies pendant la guerre du Vietnam. Souvent, les débats sur la géoingénierie omettent ces modifications météorologiques, mais comme l’historien James Fleming l’a démontré de manière convaincante dans son livre Fixing the Sky, les racines historiques et philosophiques des propositions contemporaines de géoingénierie sont dans la droite ligne des nombreuses tentatives plus anciennes pour contrôler le climat.


Toutes ces propositions vont avoir des impacts sociaux et environnementaux qui seront ressentis bien au-delà des régions du monde où seront prises les décisions de les déployer. En fait, alors que les discussions scientifiques deviennent de plus en plus sophistiquées et que la géoingénierie gagne en crédibilité à Washington et à Londres comme « plan B » pour le climat, la question de savoir comment de telles technologies devraient être gouvernées
internationalement commence à émerger. De plus en plus, les partisans de la géoingénierie rejettent une approche multilatérale où tous les pays auraient un siège à la table, et parlent de « bottom-up » [initiatives « ascendantes » depuis la base], de « soft law » [instruments « mous » de doit international] ou d’engagements volontaires comme substituts au droit international[6]. Apparemment oublieux du fait que les pays industrialisés ont saboté toute
réponse multilatérale sensée au changement climatique, ils déclarent maintenant que davantage d’arrangements informels de gouvernance sont nécessaires. Comme peut-être une gouvernance globale exercée par l’OCDE (Organisation pour la coopération économique et le développement), le G20 ou le Forum des principales économies ? Ou simplement une coalition des volontaires ? Tout en tout cas sauf les Nations unies, où chaque pays bénéfice
d’un siège.


Aérosols stratosphériques et impacts sur les sols


L’une des plus connues des technologies de « gestion de la radiation solaire » implique de lancer des minuscules particules de dioxyde de soufre ou d’aluminium dans la couche supérieure de l’atmosphère connue sous le nom de stratosphère (jusqu’à 50km de la terre). Cette démarche se modèle en partie sur la poussière dispersée par de grands et puissants volcans, afin que davantage de lumière solaire soit réfléchie dans l’espace qu’à l’ordinaire, ce qui permettrait ainsi un effet refroidissant sans que soit du tout réduite la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.


Ce refroidissement artificiel traite le symptôme plutôt que la cause du réchauffement climatique, et entraînerait de nombreux effets indirects négatifs. Personne ne sait vraiment exactement ce que ces effets seront, car les modèles informatiques sont notoirement simplistes, et ne peuvent précisément prédire comment un système climatique complexe réagira aux expériences des ingénieurs. Même les meilleurs scientifiques ne comprennent pas vraiment comment fonctionne le système climatique. Cependant, un des effets mis en avant par plusieurs simulations informatiques et par l’étude des exemples historiques (comme l’éruption du Mont Pinatubo en 1991) est la diminution des précipitations et l’augmentation des perturbations dans les moussons africaines et indiennes. Nul besoin d’ajouter que cela entraînerait des bouleversements de la production agricole, menaçant potentiellement l’approvisionnement alimentaire d’environ 2 milliards de personnes[7].


Parmi les impacts négatifs potentiels de cette technologie, des ciels plus blancs, des dommages à la couche d’ozone, une baisse d’efficacité de l’énergie solaire, l’obstruction de l’astronomie, la poursuite de l’acidification des océans, et foule d’autres perturbations non anticipées des écosystèmes. Enfin, si les injections devaient être soudain stoppées, un réchauffement très rapide et dangereux s’ensuivrait, sans laisser le temps aux humains ou à l’écosystème de s’adapter[8].


C’est aussi l’une des technologies les plus centralisées, et probablement aussi peu chère à mettre en oeuvre que rapide à causer un impact. Les institutions militaires et leurs soustraitants seraient certainement sollicités pour développer les équipements nécessaires (Boeing, par exemple, y travaille déjà).

 

Un seul État, une petite coalition de pays, une entreprise ou même un individu pourraient exécuter un tel projet pour une somme relativement modeste.

 

D’autre part, qui déciderait à quelle température le thermostat de la terre doit être fixé ? Qui contrôlerait la taille des particules à utiliser ? Et qui aurait le pouvoir d’annuler une telle expérience si ses effets étaient pires qu’escomptés ? Des guerres ont lieu pour moins que ça. Enfin, il n’y a aucun « terrain d’expérimentation » où « l’option stratosphérique » pourrait être testée – nous avons seulement une planète. Un test à très petite échelle a déjà été effectué en Russie[9], mais il ne peut actuellement rien prouver quant à la manière dont réagiraient les aérosols s’ils étaient déployés à l’échelle massive nécessaire à la modification du climat.


Comme Alan Robock et ses collègues l’ont écrit : « La géoingénierie ne peut être testée sans mise en oeuvre à échelle globale. La production initiale de gouttes d’aérosols peut être testée à petite échelle, mais la manière dont elles évolueront en taille (qui détermine le taux d’injection nécessaire pour produire un refroidissement donné) ne peut être testée qu’en réalisant des injections dans un nuage d’aérosol existant, qui ne peut être confiné à une localisation. D’autre part, la variabilité du temps et du climat exclut toute vérification de la réponse climatique sans mise en oeuvre à grande échelle sur une durée d’au moins une décennie. De telles applications à grande échelle pourraient induire des bouleversements substantiels dans la production alimentaire. »[10]

 

Source: http://supahumandignity.blogspot.com/2011/02/nouvelles-technologies-en-afrique-une.html

Partager cet article

Commenter cet article